Newsletter subscribe

A la une, Actualités MIT, Master 2 innovation et territoires

Transformer nos territoires : Vers une résilience des destinations touristiques

Posté le : 7 novembre 2022 à 11 h 00 min   /   par   /   comments (0)

L’impact de l’activité humaine sur la planète a été plus que jamais démontré lors du dernier rapport
publié par le GIEC (1). Il tire la sonnette d’alarme et démontre l’urgente nécessité d’agir. Les émissions
de gaz à effet de serre sont plus élevées que jamais. Il est temps de les réduire drastiquement. Une
transition écologique doit être opérée et tous les acteurs ont leur rôle à jouer.

Les collectivités sont ainsi concernées, elles doivent agir et opérer cette transition. D’autant plus que
les territoires sont particulièrement vulnérables. Ils sont exposés à de nombreux risques : risques
naturels, risques technologiques, ou encore risques industriels. Il est est donc important qu’ils
puissent développer une résilience.

Qu’est-ce que la résilience des territoires ?

La résilience des territoires est un sujet d’actualité qui a été mis en lumière du fait de sa capacité à
répondre aux enjeux climatiques actuels et du fait de ses nombreux autres bénéfices (sécurité, qualité
de vie, bien être, etc.).

L’instabilité de notre société (crise sanitaire, aléas climatiques, etc.) ne laisse plus de choix aux
territoires. Ils doivent anticiper les différentes crises, en ayant conscience des enjeux
environnementaux et en les comprenant. Ils doivent y faire face en développant des solutions
nouvelles (changement des produits à cultiver, nouvelle gestion des ressources sur le territoire, etc.).
Et enfin, ils doivent se transformer (modification de la gouvernance, de l’organisation, etc.). En bref,
ils doivent accroître leur résilience afin de garantir le bien être de leur population face aux crises.

Ainsi, le Shift (2) définit la résilience des territoires comme « la capacité d’un territoire à préserver
durablement le bien-être de sa population face à tous types de crises. Elle ne vise pas un retour à la
normale après un choc mais la transformation du fonctionnement des territoires pour réussir la
transition écologique. Elle doit permettre de tenir le cap de la transition en dépit des turbulences […] ».

Le Shift Project a notamment publié un rapport « Vers la résilience desterritoires ». Ils livrent un guide
(à destination de tous publics) en trois parties comprenant : la compréhension des enjeux, les actions
à mener, et les principes d’organisation et de gouvernance (Tome 1 – Comprendre ; Tome 2 – Agir ;
Tome 3 – Organiser).

Et dans le secteur du tourisme ?

La crise sanitaire du COVID-19 a démontré la forte capacité d’adaptation et de résilience des
Organismes de Gestion de Destinations (OGD) (3). D’autres situations prouvent également cette
capacité d’adaptation, tels que les réformes territoriales, ou encore les aléas climatiques.

La résilience se traduit à court terme par la capacité de résistance des destinations face à un
changement. Ensuite, elle se traduit par sa capacité à évoluer pour s’adapter. Ceci passe par un
apprentissage et une coopération entre les différents acteurs du territoire. Lors de la crise sanitaire
les destinations ont dû faire face à un changement et s’adapter avec, par exemple, l’intégration des
mesures sanitaires dans l’offre, ou encore la digitalisation de certains outils.

L’enjeu est d’autant plus important dans le secteur du tourisme car le développement de cette
résistance permet d’assurer une stabilité économique.

D’autre part, selon leur typologie les territoires doivent s’adapter et ainsi limiter leur vulnérabilité.
L’identification des facteurs de vulnérabilité permet une anticipation et ainsi une meilleure résilience
ce qui permet de délivrer une offre touristique adaptée aux enjeux actuels et aux enjeux du territoire.

Par exemple, les territoires littoraux sont sujets à différentes menaces. Le niveau de la mer monte, ce
qui provoque l’érosion des côtes (destruction des dunes, d’infrastructures côtières, etc.), ou encore
une diminution de la biodiversité. Il y a également le réchauffement des mers et océans qui entraine
une dégradation des eaux de baignade (bactéries, espèces nuisibles, etc.) et des dangers de
transmission de maladies (maux de gorge, démangeaisons aux yeux, etc.).

Un enjeu fort

La résilience des territoires s’inscrit dans la résolution de problématiques actuelles. Les
politiques publiques adoptent ce terme et encourage lesterritoires à s’engager dans cette dynamique.
De nombreuses boites à outils voient ainsi le jour pour donner les armes aux territoires pour engager
le développement de cette résilience.
Cette esprit a été très justement exprimé par Winston Churchill : « Mieux vaut prendre le
changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge ».

Pour aller plus loin :

https://www.teddif.org/ressources/resilience-territoriale (différentes ressources : podcasts, guides, ouvrages etc.)

 

 

(1) Le GIEC est le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Lieu d’expertise
synthétisant l’état des connaissances sur le changement climatique et le rôle de l’activité humaine, le
GIEC publie des rapports scientifiques sur lesquels s’appuient les États pour trouver des accords dans la lutte contre le réchauffement.
|Source : https://www.vie-publique.fr/fiches/274836-quest-ce-que-le-giec

(2) The Shift Project est un think tank (cercle de réflexion émanant généralement d’institutions privées, et
apte à soumettre des propositions aux pouvoirs publics (Larousse)) qui œuvre en faveur d’une
économie libérée de la contrainte carbone. Nous sommes une association loi 1901 d’intérêt général,
guidée par l’exigence de la rigueur scientifique. Notre mission consiste à éclairer et influencer le débat
sur la transition énergétique.
Source : https://theshiftproject.org/ambition/

(3) L’appellation générique « Organismes de Gestion de Destinations » ou OGD fait référence aux acteurs
publics du secteur touristique qui s’emploient à promouvoir les territoires et à initier des dynamiques
positives pour les prestataires touristiques. Les principaux OGD sont les Offices de Tourisme, les Comités Régionaux du Tourisme ainsi que les différentes Agences Départementales de Tourisme.
|Source :https://www.ieftourisme.com/actualit%C3%A9s/evolution-des-organismes-de-gestion-de-destinations-
ogd/#:~:text=L’appellation%20g%C3%A9n%C3%A9rique%20%C2%AB%20Organismes%20de,positives%20pour%20les%20prestataires%20touristiques.
Sources :https://www.etourisme.info/resilience-territoires-touristiques/ ; https://theshiftproject.org/wp-
content/uploads/2021/10/TSP_SRT_Tome2_WEB.pdf ; https://www.etourisme.info/comment-les-territoires-


Un article rédigé par Ethel THIRIEZ.

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet