Newsletter subscribe

A la une, Actualités Master Commerce des Vins, blog, Master 2 Commerce des Vins

Vin bio : les perspectives d’avenir

Posté le : 23 décembre 2020 à 11 h 10 min   /   par   /   comments (0)

Enquête sur l’avenir du bio en France : effet de mode ou nouvelle méthode de production pour l’avenir ?

« La première règle de l’écologie, c’est que les éléments sont tous liés les uns aux autres. »

Comme nous le dit Barry Commoner, chaque action même à petite échelle prend toute son importance, surtout lorsque l’on parle de l’écologie. En France, la population le comprend de plus en plus. En effet, depuis une dizaine d’année nous voyons des changements dans les habitudes de consommation des citoyens. Ils sont plus responsables, plus conscients de leur impact sur l’environnement et prennent en considération les enjeux que cela représente pour les générations futures.

Ainsi de multiples secteurs ont dû adapter leurs produits et services à une demande qui se veut plus respectueuse de l’environnement et souhaite consommer de façon durable. Le secteur de la viticulture n’y a pas échappé, étant d’ailleurs un des pionniers de l’agriculture biologique. Effectivement l’agriculture biologique est présente dans les vignes depuis les années 1980, le bio ayant été officiellement reconnus par les pouvoirs publics en 1981.

Depuis cette période le bio n’a cessé de croître en France avec une croissance de 15.7% entre 2017 et 2018. Cette méthode de production est tout de même assez jeune, ayant été reconnue par les pouvoirs publics que depuis une quarantaine d’années, mais a su rester prospère.

Cela nous amène à nous demander si le vin bio est un simple effet de mode ou une tendance incontournable et durable du secteur.

Après avoir fait le tour de la littérature, nous pouvons affirmer que le vin bio a de belles perspectives devant lui. En effet les recherches scientifiques vont dans ce sens. Il est clair que durant ces dernières années l’alimentation bio s’est démocratisée. C’est devenu une pratique ancrée dans nos habitudes de consommation qui continue de se développer au fil du temps chez les consommateurs tous comme chez les producteurs. Le secteur du vin n’y a pas échappé, voyant aussi une forte demande de vin bio de la part des consommateurs. Les producteurs ont su s’adapter à cette demande, en se convertissant de plus en plus à l’agriculture biologique. Nous avons vu que plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène.

 

En effet, si les vins bio ne sont pas perçus par les consommateurs comme étant meilleurs gustativement, il est clair pour l’ensemble, qu’ils représentent une meilleure alternative pour leur santé, leur environnement, ainsi que pour notre planète, face à une agriculture conventionnelle beaucoup moins propre. Selon eux, l’agriculture biologique représente un renouveau dans les méthodes de production, qui serait un exemple à suivre sur le long terme. Mais ce ne sont pas les seules raisons qui poussent les adeptes de vin à consommer bio. Cette pratique les pousse également à mieux comprendre les différents composants qui font leur vin et à justement pouvoir choisir la bouteille qui leur convient de façon plus précise. Tous les intrants qui viennent dans le produit fini ont leur importance et peuvent avoir une influence sur le goût ou même la conservation du vin. Le vin bio permet alors de redécouvrir le vin, de déguster un produit plus pur et plus marqué de raisin, qui auparavant pouvait être masqué par l’ajout parfois superflu d’intrants.

Enfin, d’après mes recherches, le vin bio a de belles perspectives devant lui. Les constats sont encourageants et nous montrent que ce n’est pas une simple tendance mais un renouveau dans les méthodes de production ainsi qu’un exemple à suivre sur le long terme. La hausse constante de la part de marché de vin bio en témoigne, et tout mène à penser que ce sera une tendance durable. Les avantages des vins bio sont nombreux, autant pour les consommateurs, les producteurs mais surtout pour la planète. Il serait tout de même intéressant d’aller plus loin sur ce sujet, en mettant en place une veille sur la tarification des vins bio et une régulation, afin d’éviter toute dérive. Il serait également indispensable de réaliser une grande étude comparative des coûts de production du vin bio face au vin traditionnel, sur des domaines ayant des productions comparables. Avoir une vue d’ensemble et complète de la production de vin bio serait vraiment un atout pour les consommateurs mais aussi pour les producteurs, afin de pouvoir améliorer la qualité tout en gardant un coût raisonnable et accessible. Il faut prendre en compte tous les éléments de recherche, de terrain et optimiser le tout pour que le bio puisse devenir une solide habitude de consommation, car n’oublions pas : « La première règle de l’écologie, c’est que les éléments sont tous liés les uns aux autres ».

Article rédigé par Marin Guivarch.

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet