Newsletter subscribe

A la une, Actualités MIT, Master 2 innovation et territoires

7 choses que vous ne saviez pas sur Montpellier

Posté le : 28 novembre 2022 à 11 h 00 min   /   par   /   comments (1)

L’envie d’ailleurs est souvent associée au Tourisme. Nous souhaitons découvrir les différents territoires et les anecdotes des destinations que nous visitons. Mais avant de voyager, vous êtes-vous déjà posé cette question : Connaissez-vous vraiment votre territoire ? 

Partant de ce contexte, j’ai réalisé une visite guidée de Montpellier qui m’a fait découvrir, même après plusieurs années, les secrets de la ville qui m’étaient jusque là inconnus. Menée par l’Office de Tourisme de la ville, j’ai pu découvrir l’essentiel afin de pouvoir partager avec vous mes plus belles anecdotes. Prêt pour la visite ?

 

Montpellier porte bien son nom

En moins de 50 ans Montpellier passe de la 23ème ville de France à la 7ème. Il s’agit d’une ville toute jeune puisqu’elle ne compte que 1000 ans d’histoire alors que sa voisine, Nîmes, commence son histoire au VI ème siècle. « Mont » correspond à la montagne car la ville se trouve à 54 mètres au dessus de la mer. Nous ne savons toujours pas à quoi correspond « Pellier », mais des hypothèses sont émises. Il s’agirait de la signification « pelé », correspondant ainsi à « La montagne chauve », car dénuée d’arbre.

(Place de la comédie)

 

La place de l’œuf et sa locomotive ont disparu

Si l’on vous donne rendez-vous sur la « place de l’œuf », savez-vous où il faudra vous rendre ?

Vous avez peut-être déjà entendu cette expression sortir de la bouche de nos ainés. La place de l’œuf est en réalité la place de la Comédie qui portait ce nom là dans les années 1890 en raison de la forme sphérique de la place. À cette époque, les voitures circulaient au centre de Montpellier et il était possible de rouler autour des trois grâces. À cette même époque, lorsque vous marchiez un peu plus vers l’esplanade, il était possible de prendre un train pour aller tout droit vers la mer. On retrouve d’ailleurs les détails de la fumée de la locomotive dans les sculptures des murs des immeubles haussmanniens. C’était le « petit train de Palavas » qui nous amenait bien plus près de l’eau que le tram aujourd’hui. Il fallait cependant patienter pendant 1h15 dans le train pour faire 30 kilomètres.

(place de la Comédie 50 ans en arrière)

La statue des 3 grâces n’est pas l’originale

Voici encore un scoop… La statue des 3 grâces que vous observez au centre de la place de la Comédie n’est pas la version originale, mais une pâle copie. En effet, l’originale sculptée par Etienne Dantoine en 1777 a été enlevée dans les années 80 et placée au théâtre de la comédie. L’originale serait 3 fois plus grande que la moulure actuelle que nous pouvons observer. Le théâtre dans lequel elle est conservée est aussi chargé d’histoire. En effet, il a brûlé deux fois avant d’être rebâti totalement pour la troisième fois.

 

Les lignes de tram s’habillent en Lacroix

Les tramways aussi sont à la mode. Et pas n’importe laquelle… Les lignes de tramways de Montpellier sont reconnues pour leurs habillages spécifiques en fonction du numéro de ligne. Tandis que la ligne 1 et 2 sont les plus anciennes et les plus classiques, Christian Lacroix, couturier arlésien, signe le design des deux autres lignes de tram. Alors que la ligne 3 représente les fonds marins, parés d’étoiles de mer et de poissons, la ligne 4, elle, porte une « robe solaire ».

(ligne 3 tram Montpellier)

 

Les rues de Montpellier cachent tellement de choses…

Prenons la rue de l’Ancien Courrier comme exemple. Dans son architecture méditerranéenne était autrefois implantée la Poste centrale de la ville, ce qui donna son nom à la rue. Elle est aujourd’hui considérée comme la plus belle rue de la ville. Une rue adjacente, la rue du Bras de fer, est la rue la plus “instagrammée” de la ville. Aux marches colorées, elle permet de remonter vers les halles Castellane. Son nom dit vrai, il est possible d’observer une sculpture de bras en fer sur les murs lorsque nous sommes attentifs, représentant la force des Montpelliérains de l’époque. Dans toutes les rues de Montpellier nous pouvons observer du street art. Nous retrouvons différentes mosaïques de Jean Moulin, car sa famille a vécu ici. Pour autre information, le quartier de l’Écusson doit son nom à sa forme qui ressemble à un blason et représente le tracé des anciens remparts.

(Rue du Bras de fer)

Saint Roch est un bien mystérieux personnage

Différents lieux de la ville de Montpellier donnent leurs noms à Saint Roch, ancien Pèlerin dans les années 1350. S’il est si populaire à Montpellier, c’est parce qu’il serait né et mort ici. Si vous vous rendez à l’église Saint Roch, vous pourrez remarquer qu’elle est totalement inachevée. Il manque plusieurs détails dont les gargouilles qui n’ont jamais été taillées. Si vous vous asseyez sur les marches, vous apercevrez un magnifique trompe-l’œil sur le bâtiment d’en face peint par la compagnie artistique nommée le 7ème sens. Saint Roch est alors reconnaissable au milieu de cette peinture avec son chien et une plaie sur la cuisse. La légende raconte qu’il a survécu à la peste noire grâce à sa foi et à son chien qui lui léchait tous les jours sa plaie. Un vieux proverbe français dit d’ailleurs « Langue de chien vaut médecin ».

 

Il est possible de monter en haut de l’arc de triomphe

Quelle surprise de découvrir à la fin de la visite que nous allons monter en haut de l’arc de triomphe du Peyrou. Voilà maintenant 5 ans que j’y passe dessous, mais la vision en hauteur est absolument différente. Après avoir monté les 90 marches, le sommet offre une des plus belles visions panoramiques de la ville. Le parc du Peyrou prend une autre dimension de là-haut. Côté sud, nous apercevons la mer de Villeneuve-lès-Maguelone. À l’opposé, côté nord, se dresse le pic Saint-Loup, véritable bonheur pour les amateurs de randonnée, de vélo et/ou de vin. Le massif calcaire de la Gardiole apparaît côté ouest ainsi que le stade de rugby du quartier Ovalie. À l’inverse du parc du Peyrou, vers la ville, nous pouvons voir un immeuble utilisé dans les années 70 pour le tournage du film « l’emmerdeur » d’Édouard Molinaro.

Vue du sommer de l'arc de triomphe de Montpellier

(Vue depuis le sommet de l’arc de triomphe)


Un article rédigé par Carla Pradinas

Commentaires (1)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet

  • 7 décembre 2022 à 18 h 14 min Isabelle T

    Très belle description !
    Ça donne envie de venir découvrir tous les trésors de Montpellier.

    Reply