Newsletter subscribe

A la une, Actualités, Master 2 innovation et territoires

La Cité Créative de Montpellier, du terrain militaire au terrain culturel

article-blog-reconversion-territoriale-mit
Posté le : 17 avril 2019 à 20 h 22 min   /   par   /   comments (0)

Article écrit par Annelise Franch,

Etudiante en Master 2 MIT

 

La ville de Montpellier a fait l’acquisition en 2012 d’une friche militaire située en coeur de ville. Ce territoire à la localisation stratégique fait désormais l’objet d’une vaste opération de réhabilitation afin de créer un nouveau quartier mixte, entre logements et activité économique, au centre de Montpellier : La Cité Créative. Le projet de renouvellement urbain s’inscrit sur une période d’une quinzaine d’années et fait l’objet d’un aménagement progressif, en commençant par la démolition des casernes.

La croissance démographique de la métropole de Montpellier en 2020 sera deux fois plus forte que dans le reste de la France. Tout en préservant son patrimoine, la métropole poursuit son rapide développement et aménage de nombreux nouveaux quartiers pour vivre et travailler, et renforce ainsi son attractivité. Présentation du cas de la Cité Créative. 

 

RECONVERSION TERRITORIALE : QUELLE DIRECTION ADOPTER ?

 

  • Un site urbain stratégique : 400 000m² en coeur de ville

Suite à une réforme de la carte militaire, l’EAI (Ecole d’application de l’infanterie) de Montpellier qui forme les officiers, les sous-officiers et certains soldats spécialistes de l’infanterie française s’est déplacée à Draguignan depuis 2010. Le départ de l’EAI constitue une perte économique importante mais aussi une opportunité de réaménager un secteur urbain jusqu’à présent peu ouvert sur la ville bien que situé à moins d’un kilomètre à vol d’oiseau du centre historique. Ce site de 40 ha a été racheté à l’Etat par la Ville de Montpellier en 2012, pour 19 M€, sur décision d’Hélène Mandroux, maire de la ville de 2004 à 2014 et successeur de Georges Frêche.

 

  • Quel avenir pour le quartier ? Le domaine médical d’abord envisagé.

Un processus d’appel à idées est ouvert à des équipes pluridisciplinaires afin de permettre l’émergence d’un programme original et exceptionnel. Les candidats peuvent répondre sur tout ou partie du site. La ville précise que les projets liés à la médecine, santé, diététique, bien-être… seront privilégiés. En effet, la médecine est un pôle de compétitivité historique de Montpellier, la ville souhaitant renforcer ses atouts, une “Cité Hippocrate” était alors envisagée.

 

  • De la Cité Hippocrate vers la Cité Créative.

Pourtant c’est un autre pôle de compétitivité de la ville qui sera finalement mis à l’honneur : celui des industries culturelles et créatives (ICC). Selon le décompte donné par la vice-présidente de la métropole Chantal Marion, le secteur des ICC compte à ce jour 85 entreprises (start-ups, studios FX, coopératives, etc.), et 2000 emplois selon Idate. Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la Métropole, indique qu’il est “naturel d’installer un cluster réunissant l’ensemble de ces métiers, qui représentent autant d’emplois pérennes”. D’ailleurs, la labellisation French Tech, dont bénéficie la Métropole, comporte une spécialisation dans les ICC.

 

  • Quelques acteurs phares des ICC à Montpellier
    • Ubisoft installée sur le territoire depuis 1989 et 2ème plus grosse force de production mondiale de tous les éditeurs de jeux vidéo en termes d’effectifs.
    • France Télévisions vient de créer un de ses plus grands studios à Vendargues pour tourner notamment le feuilleton quotidien “Un si grand soleil“. 180 salariés travaillent chaque jour sur les 16 000 m2 de plateau à Vendargues mais aussi sur de nombreux lieux de tournage dans la Métropole.
    • ESMA, l’école d’animation 3D et effets spéciaux est devenue une référence parmi les écoles d’animation de la scène internationale. L’école enregistre un taux de recrutement des étudiants de 100 %, après 9 mois post-diplôme.
    • Illusion et Macadam, depuis 15 ans cette coopérative accompagne la structuration des acteurs culturels via des services administratifs, un centre de formation, un accélérateur d’entreprises, des bureaux de production et un bureau technique. Au centre de ses préoccupations : l’innovation sociale, culturelle, technologique et artistique.
    • Isotropix, Star Wars, The Last Jedi, Blade Runner 2049, Dunkerque, X-Men Apocalypse, Spectre et Godzilla… tous ces films ont un point commun : leurs images ont été créées avec Clarisse, le logiciel de la société montpelliéraine Isotropix.

 

POURQUOI LES ICC SONT-ELLES PROMETTEUSES ?

 

  • Les “Industries Culturelles et Créatives”, kesako exactement ?

Selon l’UNESCO, les ICC sont définies par les secteurs d’activité ayant comme objet principal la création, le développement, la production, la reproduction, la promotion, la diffusion ou la commercialisation de biens, de services et activités qui ont un contenu culturel, artistique et/ou patrimonial.

Le virage de cette industrie est pris dans les années 70, lorsque émergent des avis critiques sur la standardisation et la reproduction de masse des produits de contenu (radio, télévision, cinéma…). Cette réflexion donne un nouvel essor à la production et à la diffusion des biens et services culturels : la créativité et l’innovation deviennent les facteurs moteurs de l’activité.

Dès lors, le dynamisme des industries culturelles s’impose comme une réalité indiscutable : cinéma, musique, arts visuels, jeux vidéo, mais aussi design et publicité se développent nettement plus rapidement que le reste de l’économie, créent davantage d’emplois, et souvent d’un haut niveau de qualification.

 

  • Emploi, social, attractivité… le remède ICC

Les ICC sont au coeur du rayonnement et de la compétitivité de la France. En 2013 les ICC ont généré plus de 83 milliards d’euros de revenus, employé 1,3 million de personnes et ont affiché une croissance de 1,2%, supérieure aux taux de croissance du PIB et de l’emploi en France sur la même période.

Elles ont aussi un rôle social : les industries culturelles et créatives participent à notre émancipation collective, comme à la création de lien social. Elles sont le reflet à la fois de valeurs universelles et de regards individuels uniques sur le monde qui nous entoure.

 

LA CITÉ CRÉATIVE DE MONTPELLIER : FOCUS SUR 3 PROJETS DU QUARTIER

 

  • Nouveaux espaces de rencontre et d’ébullition créative : la Cité Créative

Avec 35 000 m² d’activités tertiaires et commerciales et 2 500 logements, des services aux entreprises, des équipements mutualisés (studios son, motion capture, salle de projection, etc.), un campus à rayonnement international et la Halle Tropisme, l’ancien terrain militaire s’est entièrement reconverti en terrain de jeu pour les acteurs culturels et créatifs de Montpellier. Attardons nous sur 3 projets en cours de développement.

 

  • Projet 1 : Halle Tropisme, coworking et synergie des ICC

Inaugurée ce vendredi 18 janvier 2019, la Halle Tropisme est un hangar de 4000 m² entièrement réaménagé afin d’y installer des bureaux individuels fermés et un open-space pour les start-ups et autres entreprises ou associations à forte vocation culturelle.

Ce premier projet à prendre place dans la Cité Créative a été attribué par la Ville à Illusion & Macadam (présenté plus haut). L’opération est principalement financée sur fonds propres et par le soutien de l’aide FEDER octroyée par la Région. Ce Fond Européen de DEveloppement Régional intervient dans le cadre de la politique de cohésion économique, sociale et territoriale. Un projet est éligible s’il répond à deux objectifs : la croissance et l’emploi, et la coopération territoriale.

article-blog-reconversion-territoriale-mit

 

  • Projet 2 : Le MICC, occasion majeure de favoriser les interactions entre disciplines

Montpellier Industries Culturelles et Créatives est un rendez-vous proposé par la Ville, une série d’événements professionnels portant sur la création et l’innovation technologique et numérique. Cette rencontre des divers acteurs de l’écosystème stimule le développement du secteur et la croissance des entreprises qui le portent.

“Le MICC a pour ambition de mêler entrepreneurs, artistes ou encore étudiants dans une dynamique créatrice. C’est une véritable démonstration du savoir-faire qui émerge sur le territoire.” exprime Chantal Marion.

C’est aux côtés du Musée Fabre et de la salle Rabelais que la Halle Tropisme est mobilisée pour accueillir conférences, ateliers, meetings, hackathons, pitches, expositions, et performances artistiques. Au delà des enjeux économiques et sociaux, le MICC invite les participants à découvrir ces lieux culturels montpelliérains.

 

  • Projet 3 : Le Campus Créatif

Nouvel équipement majeur de la Cité Créative après la Halle Tropisme, la Campus Créatif s’étendra sur 16 000 m2, mobilisant un investissement de 37 M€ porté par l’ESMA. On y retrouvera des salles modernes modulables, du matériel professionnel, un cinéma de 450 places, mais aussi un incubateur, un fablab…  Le campus accueillera également des résidences étudiantes, une salle de fitnesse high tech et terrain de sport rooftop, le tout agrémenté d’un jardin suspendu de 1100m².

L’infrastructure intégrera quatre écoles : l’ESMA (cinéma d’animation et design), l’ETPA (photographie et game design), CinéCréatis (cinéma) et l’IPESAA (design et jeu vidéo). “Ce campus a pour ambition de devenir l’un des plus grands pôles français de formation dans les métiers du numérique”, a déclaré Karim Khenissi, directeur général du réseau Icônes, dont font parti ces écoles. L’inauguration est prévue pour la rentrée 2020.

“Le campus est configuré de sorte à pouvoir s’ouvrir aux entreprises de l’extérieur et leur permettre d’y installer des annexes” explique Karim Khenissi président du réseau Icônes. “Nous disposerons d’un matériel professionnel haut de gamme que, pour la plupart d’entre elles, elles ne pourraient pas acquérir”. Le campus emploiera 200 collaborateurs, dont 80 embauches à l’horizon 2020.

 article-blog-reconversion-territoriale-mit

article-blog-reconversion-territoriale-mit

 

MON POINT DE VUE D’ÉTUDIANTE EN MARKETING DE L’INNOVATION ET DES TERRITOIRES

 

  • Proposer un terrain fertile, laisser les graines pousser

A l’instar d’Amsterdam Nord, ce quartier de Montpellier débute sa reconversion par l’ouverture d’un espace de coworking (Hangar NDSM et Halle Tropisme) qui a pour vocation de créer des synergies entres les différents porteurs de projets.

—-> Lire le précédent article : NDSM, du chantier naval au chantier culture.

Avec le Campus Créatif à proximité, nous pouvons aisément imaginer des échanges entre les deux : dans un sens les PME logées à la Halle Tropisme pourront profiter des offres de matériel du campus, et dans l’autre sens les étudiants pourront réaliser leurs stages chez les entrepreneurs de la Halle Tropisme. Nous pouvons nous attendre à un développement des rencontres de type MICC.

 

  • Enjeux urbains de mobilité, favoriser l’accessibilité

♫ Quand on partait de bon matin, Quand on partait sur les chemins, À bicyclette ♫

Malgré le fait que le quartier soit proche du centre ville (15 à 30 minutes à pied) cette zone reste mal desservie par les transports en commun, et nécessite des aménagements urbains en vue de la nouvelle dynamique qui sera insufflée à ce quartier de l’ex-EAI.

« La ligne 5 du tramway passera au centre de la place d’Armes, il y aura un arrêt devant la porte de l’Esma », note Philippe Saurel qui promet aussi de mettre l’accent sur le vélo. Espérons que ce travail sur l’accessibilité suivra le rythme rapide du développement du quartier de la CIté Créative, car le T5 est prévu pour… 2025.

 

  • Développer plusieurs pôles de compétitivité en simultané

La médecine n’a pas été mise au placard, au contraire : un édifice de verre ultramoderne a été inauguré en octobre 2017. Il propose une plate-forme de formation médicale unique en France, à la pointe des nouvelles formes de pédagogie. On y trouve les unités de recherche, le centre Genopolys du CNRS… et le CHRU. Ces nouveaux locaux, bâtis au cœur du campus Arnaud de Villeneuve, se situent à proximité des hôpitaux,  une situation géographique plus pratique que celle de l’ex-EAI.

article-blog-reconversion-territoriale-mit

 

  • Accorder avantages territoriaux et opportunité de marché

Cette cité créative qui mise sur la création et l’innovation, l’intelligence collective et le partage, apparaît comme un projet ambitieux à l’échelle de la croissance de ces industries culturelles et créatives. L’agilité des lieux, la dynamique événementielle, et la mixité des profils sont autant de facteurs prometteurs pour propulser Montpellier sur le devant de la scène créative et culturelle française. Les choix stratégiques apparaissent cohérents avec les tendances sociétales actuelles, et, forte de cette dynamique, la ville de Montpellier pourrait par ailleurs poser sa candidature pour le titre de Capitale Européenne de la Culture.

article-blog-reconversion-territoriale-mit

article-blog-reconversion-territoriale-mit

article-blog-reconversion-territoriale-mit

 

Sources / Pour aller plus loin :

 

 

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet