Newsletter subscribe

A la une, Actualités, Master 2 innovation et territoires

Le début d’une quatrième révolution industrielle !

Posté le : 20 mars 2020 à 17 h 03 min   /   par   /   comments (0)

Intelligence artificielle, impression 3D, réalité virtuelle, internet des objets, cobotique,… Les innovations technologiques se développent à grande vitesse et impactent notre quotidien. Cependant, elles impactent aussi et surtout les moyens de production, l’organisation et les modèles d’affaires des entreprises. L’industrie se transforme, on parle de plus en plus de 4ème révolution industrielle. Mais que se cache-t-il exactement derrière ce terme ?

 

Petit récapitulatif sur l’histoire de l’industrie en image :

Source : “Tout comprendre de l’industrie 4.0”, Expertise by Bosch Rexroth

L’origine de cette transformation

Comme vu ci-dessus, l’industrie du futur s’inscrit dans la suite logique de l’exploitation des technologies numériques. L’internet des objets a permis de concevoir les produits d’une nouvelle manière : la collecte de plus de données, des machines communicantes entre elles, etc. Tous ces dispositifs permettent une production plus efficiente, plus fiable et plus flexible.

Ce dernier point, la flexibilité des moyens de production est un élément déterminant quant à la compétitivité de l’usine. En effet, avec cette demande d’hyper-personnalisation toujours plus accrue, les industriels doivent trouver des moyens pour faire de la personnalisation de masse.

 

L’industrie 4.0, qu’est-ce que c’est exactement ?

Cette industrie ayant plusieurs noms (smart industrie, industrie du futur, industrie 4.0, etc.) prend une seule et même direction : rendre l’industrie intelligente et autonome grâce aux nouvelles technologies. Mais qu’est-ce que cela signifie précisément dans la pratique ?

Le principe de l’industrie du futur est de réduire les coûts de la main d’oeuvre et de ses consommations d’énergie, tout en optimisant l’efficacité de ses processus industriels et donc sa performance.
De plus, cette forte robotisation et l’augmentation des outils technologiques n’excluent pas la présence de l’homme. Bien au contraire, elle permet de développer une collaboration entre l’homme et les robots (appelée “cobot”) qui permettra de soulager les salariés des tâches répétitives et pénibles. L’une des volontés de cette transformation est justement de remettre l’homme au centre (de la production, mais surtout des décisions).

Cette industrie est donc :

  • optimisée : dans ses processus et procédés
  • connectée : grâce aux nouvelles technologies
  • éco-efficace : par une meilleure gestion de ses consommations d’énergie
  • humaine : via la mise en place d’une forte politique RSE et en diminuant la pénibilité des tâches
  • intégrée dans son territoire : par de nouveaux modèles économiques et sociétaux

 

Et le consommateur dans tout ça ?

Pour le consommateur, cette mutation se traduit par des produits personnalisés considérablement moins onéreux, et qui correspondent véritablement à ses besoins.

Lors de la réalisation de son produit, il a la possibilité de communiquer directement avec les machines à travers des capteurs. C’est ce qu’on appelle le « Smart Product ».
De plus, ces nouveaux modes de production permettent aux consommateurs de se rapprocher de l’industrie : cette demande de personnalisation de masse devrait entraîner un raccourcissement de la chaîne logistique, ce qui entraînerait une relocalisation des économies et de la fabrication. En effet, dans ce soucis de réduction de l’empreinte environnementale et afin de répondre à une demande de livraison rapide, la production sera plus locale et donc, plus proche du consommateur. Une bonne nouvelle pour l’économie locale !

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Nous pensons que ceux-ci pourront vous intéresser :

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet