Newsletter subscribe

A la une, Actualités, Master 2 innovation et territoires

Google critiqué, à vous la liberté !

Posté le : 17 décembre 2019 à 9 h 07 min   /   par   /   comments (0)

Un moteur de recherche est un logiciel internet qui permet de trouver de multiples informations sur tous les sujets. Il fonctionne automatiquement à l’aide de robots appelés “crawler”. Ces derniers vont enregistrer et annexer des milliards de pages à l’aide de mots-clés référençant leurs contenus. Ces mots sont ensuite stockés dans une base de données. Elle sera sollicitée à chaque recherche de l’internaute afin d’affiner sa recherche et ainsi lui proposer un listing de liens, appelé SERP (Search Engine Results Pages) traitant du sujet en question.

Bien plus qu’un réflexe

Sans aucune surprise, Google arrive en tête et se place comme le moteur de recherche incontournable en termes de performance et de qualité des résultats offerts par son algorithme. Ce leader américain frôle la position de monopole en couvrant la quasi-totalité du marché.  Google occupe 92,96% des parts de marché dans le monde entier en 2019. Ils ne dominent pas encore dans quelques pays comme la Russie et la Chine. Google se rémunère principalement d’annonces publicitaires provenant de sociétés de e-commerce qui investissent pour apparaître parmi les premiers résultats.

Une faille décelée encourage l’émergence des alternatives

Google est loin d’être le seul moteur de recherche efficace sur le marché, bien au contraire de nombreuses possibilités s’offrent aux internautes. Ces derniers souhaitent davantage de transparence quant à l’utilisation de leurs données. La politique de confidentialité de Google s’est vue remise en question suite à la violation de certaines données à des fins commerciales. Ceci explique pourquoi, il est fréquent de retrouver des publicités pour un objet, préalablement cherché sur le moteur, sur un tout autre site.

Des profils très variés avec des initiatives propres et honnêtes

Afin de pallier cette forme d’espionnage, de nouveaux moteurs comme Qwant, DuckDuckGo ou encore Ixquick tentent leur chance en garantissant la sécurité et l’anonymat de chaque utilisateur et de leur adresse IP.

Aujourd’hui, notre société se voit davantage sensibilisée par les enjeux environnementaux de la planète. Les consommateurs sont de plus en plus incités à adopter des comportements respectueux de l’environnement. Les alternatives de Google s’inscrivent dans cette démarche verte en agissant activement sans pour autant demander d’effort supplémentaire si ce n’est : changer de moteur de recherche.

C’est le cas d’Ecosia, un moteur allemand qui reverse 80% de ses bénéfices à un programme de reforestation. Afin de prouver et d’assurer son engagement, ses résultats financiers sont ouvertement publiés sur leur site internet. Il faut en moyenne 45 recherches pour une pousse. Selon le rapport officiel du navigateur, cela représente environ un arbre toutes les 0,8 seconde. L’objectif étant d’atteindre le milliard. Depuis sa création en 2009, on en recense déjà 71 259 127.

Afin de se différencier et attirer un minimum d’usagers, les nouveaux acteurs doivent proposer un avantage supplémentaire et concurrentiel. Et les nouveaux moteurs l’ont bien compris, puisque chaque navigateur a son intérêt.

  • Tineye recherche l’origine des photos.
  • Boohee propose des analyses nutritionnelles.
  • Yippy filtre les résultats pour les rendre consultables et adaptés aux enfants.
  • Youcare se charge de venir en aide aux animaux de refuge.

Le seul point faible de ces jeunes alternatives se trouve dans la quantité d’informations proposées sur des sujets spécifiques qui s’opposent à la richesse et la diversité des informations disponibles sur Google.

Le marketing sur les moteurs de recherche où l’art “d’être au bon endroit au bon moment”

Lors d’une recherche, les internautes se contentent de consulter les premiers résultats.  C’est pour cela qu’une technique de promotion numérique est conseillée.

  • Le SEO (Search Engine Optimization) est une stratégie de différenciation naturelle qui réalise un référencement organique.
  • Le SEA (Search Engine Advertising) est une stratégie payante qui consiste à acheter des mots clés pour maximiser la visibilité.

Cette place peut paraître insouciante, mais elle est en fait primordiale. Il s’agit de la principale source digitale de l’activité d’une entreprise puisqu’elle permet d’attirer de nouveaux visiteurs et donc de potentiels clients. En effet, environ 80% du trafic d’un site est provoqué par des moteurs de recherche (Interactif, 2017).

Chaque moteur a besoin d’une nouvelle ergonomie, de faire preuve de fluidité, de praticité et de créativité. Pour cela, les alternatives s’appuient sur des valeurs sûres qui tiennent à cœur aux internautes. De nouveaux concepts prometteurs et fiables apparaissent et intègrent des thématiques actuelles environnementales, écologiques ou encore solidaires. Cette évolution des mentalités et de la manière de consommer fragilise le leader qui se voit remis en question. Pour s’imposer et ne serait-ce qu’espérer concurrencer le pionner, ces nouvelles alternatives doivent d’abord gagner la confiance des internautes.

NOS LECTEURS ONT ÉGALEMENT APPRÉCIÉ :

La Graine, une alternative locale à l’euro.

Ebios, le village spatial bientôt sur Terre ?

 

Sources

Search Engine Market Share Worldwide | StatCounter Global Stats. (s. d.). Consulté le 2 octobre 2019, à l’adresse https://gs.statcounter.com/search-engine-market-share

Interactif. (2017, novembre 2). Marketing sur les moteurs de recherche. Consulté le 4 octobre 2019, à l’adresse https://interactif.com/marketing-sur-moteurs-de-recherche-sem/

Ecosia. (s. d.) Ecosia is the search engine that plant trees. Consulté le 8 octobre 2019, à l’adresse https://info.ecosia.org/what

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet