Newsletter subscribe

A la une, Actualités, Master 2 innovation et territoires

Gouvernance participative : quels enjeux pour les acteurs d’une commune ?

Posté le : 23 juin 2020 à 16 h 30 min   /   par   /   comments (0)

De plus en plus de villes intègrent les citoyens au cœur des décisions. C’est d’ailleurs l’un des piliers fondamentaux des villes intelligentes de demain. Pourtant, nous pouvons remarquer de nombreux enjeux pour les acteurs de la démocratie participative.

Une volonté des citoyens ?

La volonté des citoyens à prendre part aux décisions de la ville est mitigée. D’un côté, nous avons certaines personnes qui considèrent que l’équipe municipale en place a été élue pour représenter la population et ses besoins. La difficulté à trouver des personnes volontaires à participer dans des dispositifs de participation le prouve bien. D’un autre côté, nous avons une partie de la population qui souhaite s’engager dans des instances de participation. Leurs motivations sont généralement fondées sur leur sentiment d’appartenance à leur commune, la convivialité dans les instances de participation, la volonté de proposer des projets et la proximité avec la municipalité, etc.

Par ailleurs, l’essor de la démocratie participative revient à questionner les compétences, notamment politiques, des citoyens à contribuer au sein de leur commune. Toutefois, la compétence politique est-elle réellement nécessaire ? En effet, il existe différentes compétences, toutes autant importantes, telles que “l’expertise du quotidien” ou “l’expertise d’usage”, qui correspondent à la connaissance de son quartier ou de sa commune.
Par ailleurs, le manque de compétences techniques est souvent soulevé. Pourtant, les citoyens peuvent être experts dans certains domaines de part leur profession. Par exemple, un employé EDF peut avoir des conseils à donner sur l’éclairage de la ville. Malgré l’absence de certaines compétences, la parole du citoyen reste intéressante à écouter.

 

“Nul n’est meilleur juge d’une maison que celui qui l’habite”

-Aristote

 

Des changements dans les municipalités

La démocratie participative est plus difficile à accepter par les élus. Elle implique une délégation de leur pouvoir, ce qui revient à être au même niveau hiérarchique que le citoyen lambda. Certains élus sont même réfractaires à cette participation à cause du manque de compétences des citoyens en matière politique. Cependant, la participation citoyenne peut être développée par l’équipe municipale car elle est un moyen de légitimer leurs décisions politiques et de réduire les conflits sociaux.

Par ailleurs, la mise en place d’une démocratie participative implique de grands changements dans la municipalité. Il faut pouvoir intégrer le citoyen dans plusieurs, voire dans tous les services municipaux. Le service technique est généralement le plus impacté par cette participation, puisqu’il intervient en matière de conseils et de réalisation de projet. L’intégration des citoyens n’est pas forcément voulue et acceptée par les agents communaux, car elle bouleverse les habitudes de travail. La démocratie représentative implique de repenser le fonctionnement des municipalités.

 

Les dispositifs de participation actuels

Aujourd’hui nous pouvons voir que les communes et les métropoles essayent de développer différents dispositifs de participation pour inclure les citoyens dans le processus de décision. Généralement, ces dispositifs sont des conseils de quartiers, des conseils citoyens, des conseils de développement… Pourtant, ces instances de participation montrent certaines limites, notamment au niveau des compétences, comme vu précédemment, mais également au niveau de la représentativité de la population. Généralement, nous pouvons voir que les participants sont plus âgés que la moyenne d’âges de la population et que les jeunes y sont absents. Malgré le fait que certains soit inclus dans les conseils municipaux des jeunes (CMJ). Les personnes âgées sont notamment prises en compte dans les conseils de sages.
Il faut donc trouver un moyen d’attirer les jeunes et de rendre ces conseils plus représentatifs, en y incluant d’autres acteurs tels que les entreprises, les associations ou les touristes …
L’autre point faible de ces dispositifs est son essoufflement. Le taux d’absentéisme peut vite devenir élevé. Au final, l’enjeu actuel des dispositifs est de trouver un moyen d’attirer et de fidéliser les citoyens dans cette démocratie participative.

 

Evidemment il existe d’autres enjeux à la participation citoyenne, cet article n’en montre que les principaux. Toutefois, nous pouvons constater que dans la vie d’une municipalité, la démocratie participative peut apporter de nombreux bénéfices. Encore faut-il qu’il y ait une véritable participation et une véritable prise en compte de la parole citoyenne…

 

Cet article vous a plu ?

Venez aussi découvrir : Les smart roads pour une conduite plus sûre, plus intelligente et plus verte ?

Cet article pourrait également vous intéresser : BLOCKCHAIN, une solution pour la smart city ?

Commentaires (0)

Laisser une commentaire

Commentaire
Nom Email Site internet